Archive

Archive for July, 2014

Charles Ruelle “Population, milieu et normes”

Ruelle, Charles 2005. Population, milieu et normes. Note sur l’enracinement biologique de la biopolitique. Labyrinthe 22(3) : 27-34.

[…] l’émergence du biopouvoir n’est pas seulement la mise en place de nouveaux dispositifs de contrôles sur la vie, mais la réponse politique à l’émergence d’un nouvel objet du pouvoir, à savoir la vie elle-même. (28)

[…] dans Sécurité, territoire, population, Foucault définit le biopouvoir comme « l’ensemble des mécanismes par lesquels ce qui, dans l’espèce humaine, constitue ses traits biologiques fondamentaux va pouvoir entrer à l’intérieur d’une politique, d’une stratégie politique, d’une stratégie générale de pouvoir, autrement dit comment la société, les sociétés occidentales modernes, à partir du XVIIIe siècle, ont repris en compte le fait biologique que l’être humain constitue une espèce humaine » (STP,p. 3). (29)

Foucault distingue quatre traits généraux des dispositifs de sécurité : le milieu comme espace de sécurité, le traitement de l’aléatoire par régulations, l’inscription de la norme à l’intérieur de normalités différentielles, la population comme sujet et objet des mécanismes sécuritaires. Ici, et contrairement au système disciplinaire, l’analyse des dispositifs sécuritaires emprunte ses principaux concepts, ou leur assigne un sens commun, à l’épistémologie biologique et médicale de la seconde moitié du XIXe siècle. (29-30)

L’opposition entre le disciplinaire et le sécuritaire se joue ainsi dans l’articulation entre les anciens concepts prébiologiques et les autres : entre le territoire et le milieu, la normation et la normalisation, le peuple et la population, l’instruction et la régulation. (30)

La population est ainsi tiraillée entre une détermination biologique fondamentale du vivant (l’espèce) et une dimension émergente psycho-politique (le public), entre lesquelles elle tisse un lien continu, déterminant ainsi « l’espace pertinent à l’intérieur duquel et à propos duquel on [i. e. le gouvernement] doit agir » (STP, p. 77). Bien que le sens de « population » soit toujours tiraillé entre diverses déterminations – biologique, démographique, statistique ou historique, le niveau biologique offre donc pour Foucault le point d’ancrage fondamental de signification. (31)

« La discipline travaille dans un espace vide, artificiel, que l’on va construire entièrement. La sécurité, elle, va prendre appui sur un certain nombre de données matérielles. Elle va travailler bien sûr l’emplacement avec l’écoulement des eaux, avec les îles, avec l’air, etc. Donc, elle travaille sur un donné. » (STP, p. 21.) Dans la politique sécuritaire, il s’agit alors d’aménager un milieu pour une population, en fonction d’un donné et de séries d’événements aléatoires. (32)

L’action biopolitique, en ce sens, apparaît fondamentalement comme une action indirecte sur la population par le biais des transformations et de l’aménagement du milieu. (32)

On n’agit plus sur les individus mais sur les groupes à risque. On n’a plus le sain et le non-sain, le normal et l’anormal, on a divers niveaux de courbes d’où l’on déduit des populations, aujourd’hui dites « à risque ». La technique va alors consister à ramener à la normalité fixée par des courbes statistiques les groupes les plus défavorables, les plus déviants par rapport à la courbe normale, générale. Ce qui est normal, ce n’est plus ce qui est prescrit, ce sont les diverses distributions. C’est pourquoi, selon Foucault, la normalisation sécuritaire correspond plus à une normalisation qu’à une véritable « normation » (STP, p. 59). (34)

Manuel DeLanda “Intensive Science and Virtual Philosophy”

DeLanda, Manuel 2011. Intensive Science and Virtual Philosophy. London; New York: Bloomsbury Academic.

2. The Actualization of the Virtual in Space
Much as a thermodynamic intensive process is characterized by the productive role which differences play in the driving of fluxes, so in the enlarged sense a process is intensive if it relates difference to difference. Moreover, as the example of assembly processes based on adaptive components showed, the flexible links which these components afford one another allow not only the meshing of differences, but also endow the process with the capacity of divergent evolution, that is, the capacity to further differentiate differences. (67)

[…] in the case of singularities the existence of the virtual is manifested in those situations where intensive differences are not cancelled. (68)

As Prigogine and Nicolis put it, „without the maintenance of an appropriate distance from from equilibrium, nonlinearity cannot by itself give rise to multiple solutions. At equilibrium detailed balance introduces a further condition that restricts and even uniquely fixes” the solution. In other words, to exhibit their full complexity nonlinear systems need to be driven away from equilibrium, or what amounts to the same thing, appropriately large differences in intensity need to be maintained by external constraints and not allowed to get cancelled or be made to small. In this sense, as these authors say, „nonequilibrium reveals the potentialities hidden in the nonlinearities, potentialities that remain dormant at or near equilibrium.” (69)

A nonlinear system with multiple attractors […] continues to display its virtuality even once the system has settled into one of its alternative stable states, because the other alternatives are there all the time, coexisting with the one that happens to be actualized. (69-70)

In other words, unlike the linear and equilibrium approach to science which concentrates on the final product, or at best on the process of actualization but always in the direction of the final product, philosophy should move in the opposite direction: from qualities and extensities, to the intensive processes which produce them, and from there to the virtual. (70-71)

Deleuze, in fact, refers to the virtual continuum as a plane of consistency, using the term „consistency” in a unique sense, and in particular, in a sense having nothing to do with logical consistency, that is, with the absence of contradiction. Rather, consistency is defined sa the synthesis of heterogeneities as such. (72)

[…] none of these concepts can presuppose individuation. They need to be transformed to become fully pre-individual notions so that they can form the logical and physical basis for the genesis of individuals. (73-74)

Much as virtual differential relations must be distinguished from individuating functions, virtual singularities should be distinguished from individuated states. (74)

Deleuze: „What is an ideal event? It is a singularity – or rather a set of singularities or of singular points characterizing a mathematical curve, a physical state of affairs, a psychological and moral person. Singularities are turning points and pints of inflection; bottlenecks, knots, foyers, and centers; points of fusion, condensation and boiling; points of tears and joy, sickness and health, hope and anxiety, „sensitive points” […] [Yet, a singularity] is essentially pre-individual, non-personal, and a-conceptual. It is quite indifferent to the individual and the collective, the personal and the impersonal, the particular and the general – and to their oppositions. Singularity is neutral.” (75 – Logic of Sense, p. 52)

[…] infinite ordinal series. Unlike and infinite series of cardinal numbers (one, two, three …) an ordinal series (first, second, third …) does not presuppose the existence of fully individuated numerical quantitities. To be defined an ordinal series demands only certain asymmetrical relations between abstract elements, relations like that of being in between two other elements. In other words, it is only the order in a sequence that matters, and not the nature (numerical or otherwise) of the elements so ordered. (76)

Two metric entities, two lengths, for example, can be divided in a simple way into basic numerical units. This allows them to be exaclty compared since we can establish unambisguously the numerical identity of the two lengths. Ordinal series, on the other hand, behave more like topological spaces, where we can rigorously establish that a point is nearby another, but not by exactly how much (given that their separation may be stretched or compressed). (76)

As a relation, an ordinal distance cannot be divided, and its lack of dividibility into identical units implies that two ordinal distances can never be exactly compared although we can rigorously establish that one is greater or less than another. The difference between two distances, in other words, cannot be cancelled through numerical identity, so the results of these comparisons are always anexact yet rigorous. In short, ordinal distances are a nonmetric or non-quantitative concept. Deleuze adopts these ideas from Russell but breaks with him at a crucial point: he does not conceive of the priority which the ordinal has over the cardinal as being purely logical or conceptual, but as being ontological. In other words, Deleuze establishes a genetic relationship between serial order and its defining nonmetric distances, on one hand, and numerical quantities, on the other. An ordinal series which is dense (that is, where between any two elements there is always another one) would form a one-dimensional continuum out of which cardinal numbers would emerge through a symmetry-breaking discontinuity. (76-77)

Multiplicities should not be conceived as possessing the capacity to actively interact with one another through these series. […] Deleuze views multiplicities as incorporeal effects of corporeal causes, that is, as historical results of actual causes possessing no causal powers of their own. (77-78)

[…] the ideal events forming a virtual series must not be conceived as having numerical probabilities of occurrence associated with them; they must be arranged in series using only ordinal distances, and be distinguished from one another exclusively by the difference between the singular and the ordinary, the rare and the common, without further specification. In other words, the coupled changes in distributions which constitute an information transfer should not be conceived as changes in conditional probabilities, but simply changes in the distribution of the singular and the ordinary within a series. (79)

Unlike the a priori grasp of essences in human thought postulated by those who believe in such entitities, there would be an empiricism of the virtual. The concepts of virtual multiplicity, quasi-causal operator and the plane of consistency would be, in this sense, concrete empirico-ideal notions, not abstract categories. (80)

In the vicinity of the bifurcation the capacity to transmit information is maximized. (81)

3. The Actualization of the Virtual in Time
The term „reversibility of time” has nothing to do with the idea of time flowing backwards, that is, with a flow of time going from the future towards the past. Rather it refers to the fact that if we took a certain process, seen as a series of events, and reversed their sequential order, the relevant properties of the process would not change. (98)

The Deleuzian ontology I have described in these pages is […] one characterizing a universe of becoming without being. Or more exactly, a universe where individual beings do exist but only as the outcome of becomings, that is, of irreversible processes of individuation. (99)

The term „extensive” may be applied to a flow of time already divided into instants of a given extension or duration, instants which may be counted using any device capable of performing regular sequences of oscillations. (99)

Thinking about the temporality involved in individuation processes as embodying the parallel operation of many different sequential processes throws new light on the question of the emergence of novelty. If embryological processes followed a strictly sequential order, that is, if a unique linear sequence of events defined the production of an organism, then any novel structures would be constrained to be added at the end of the sequence (in a process called „terminal addition”). On the contrary, if embryonic development occurs in parallel, if bundles of relatively independent processes occur simultaneously, then new designs may arise from disengaging bundles, or more precisely, from altering the duration of one process relative to another, or the relative timing of the start or end of a process. This evolutionary design strategy is known as heterochrony, of which the most extensively studied case is the process called „neoteny”. (111-112)

Neoteny illustrates that novelty need not be the effect of terminal addition of new features, but on the contrary, that it can be the result of a loss of certain old features. (112)

To Deleuze this aspect of individuation processes (an aspect which must be added to population thinking to complete the Darwinian revolution) is highly significant because it eliminates the idea that evolutionary processes possess an inherent drive towards an increase in complexity, an idea which reintroduces teleology into Darwinism. (112)

[…] whereas embryogenesis is a procss through which a yet unformed individual becomes what it is, acquiring a well-defined inside (the intrinsic properties defining its being), symbiosis represents a process through which a fully formed being may cease to be what it is to become something else, in association with something heterogeneous on the outside. (116)

[…] the successive determination of sub-spaces to which Deleuze refers is simply the progressive unfolding of multiplicities through a series of symmetry-breaking events. The form of temporality involved in this unfolding, however, should be conceived in a very different way from that in which actual bifurcation events occur. The latter involve a temporal sequence of events and stable states, the sequence of phase transitions which yields the series of stable flow patterns conduction-convection-turbulence, for example. Moreover, as each bifurcation occurs, only one of the several alternatives available to the system is actualized. […] In a virtual unfolding, on the other hand, the symmetry-breaking events not only fully coexist with one another (as opposed to follow each other), but in addition, each broken symmetry produces all the alternatives simultaneously, regardless of whether they are physically stable or not. (119-120)

The temporality of the virtual should not be compared to that of the processes governed by the laws of relativity, but to the temporality of the laws themselves. (120)

[…] a pure becoming would imply a temporality which always sidesteps the present, since to exist in the present is to be, no longer to become. This temporality must be conceived as an ordinal continuum unfolding into past and future, a time where nothing ever occurs but where everything is endlessly becoming in both unlimited directions at once, always „already happened” (in the past direction) and always „about to happen” (in the future direction). And unlike actual time which is asymmetric relative to the direction of relative pasts and futures, a pure becoming would imply a temporality which is perfectly symmetric in this respect, the direction of the arrow of time emerging as a broken symmetry only as the virtual is actualized. (121-122)

In epistemological terms to extract an ideal event from an actually occurring one is, basically, to define what is problematic about it, to grasp what about the event objectively stands in need of explanation. This involves discerning in the actual event what is relevant and irrelevant for its explanation, what is important and what is not. That is, it onvolves correctly grasping the objective distribution of the singular and the ordinary defining a well-posed problem. To give consistency to these well-posed problems, in turn, means to endow them with a certain autonomy from their particular solutions, to show that problems do not disappear behind actualized individuals. (129-130)

4. Virtuality and the Laws of Physics
Part of what made possible the replacement of causes by laws was a view of causality as an inherently linear relation, such that, given a particular cause, the same effect was bound to be reproduced. (149)

In a typical nonlinear state space, subdivided by multiple attractors and their basins of attraction, the structure of the space of possibilities depends not on some extrinsically defined relation (specifying what is an inessential change) but on the distribution of singularities itself. (160)

In a linear causal chain, effects do not react back on their causes, that is, in these chains causal influence is not reciprocal. […] small causes always produce small effects. In other words, without feedback the intensity of the effect will tend to be proportional to that of the cause, while in the presence of reciprocal interaction causal influence may be reduced or increased. (168)

Cécile Collinet et al. “L’articulation des temporalités …”

Collinet, Cécile ; Schut, Pierre-Olaf ; Pierre, Jérémy ; Caluzio, Christine 2014. L’articulation des temporalités dans les politiques de prévention du vieillissement. Temporalités, 19. Online : http://temporalites.revues.org/2696

Desrosières (2003) précise à ce sujet que l’État libéral, qu’il situe à partir des années 1990, se caractérise par l’extension des domaines relevant d’une responsabilité collective et l’élargissement du spectre de la prévention.

Ainsi n’est-il plus seulement important de proposer des politiques de la vieillesse pour encadrer cette période de la vie, il s’agit aussi de lutter contre le vieillissement (Trincaz, 2008) voire de mettre en place des mesures antivieillissement.

Nous nous demanderons, ainsi, comment, dans les plans eux-mêmes, cet asynchronisme est pensé mais aussi comment se réalise la confrontation entre le temps court des réformes et le temps des acteurs concernés inscrit dans une temporalité plus longue.

Selon Kingdon, trois conditions doivent être réunies pour comprendre l’ouverture d’une fenêtre d’opportunités pour l’action publique. La première est liée à la définition d’un problème. Il est souvent possible d’identifier les premiers signes d’un problème sur une longue durée. Suivant les cas, il finit par émerger aux yeux des décideurs politiques de manière brutale, à travers un événement symptomatique, ou à la suite d’une montée progressive en puissance. La seconde condition est l’existence de solutions susceptibles de résoudre le problème préalablement défini. Le courant des politiques publiques s’appuie sur l’idée d’une « soupe primitive » dans laquelle sont mélangés les ingrédients de l’action publique. Elle est donc nécessairement postérieure à l’émergence du problème mais reste à « mijoter » suivant une durée variable. Elle nourrit les réflexions jusqu’à ce que survienne la troisième condition : l’action du politique qui, elle, s’inscrit sur une temporalité plus courte. C’est seulement à travers la prise en charge par les acteurs du monde politique que peut s’ouvrir une « fenêtre d’opportunités » qui rend possible l’action publique.

En outre, la vieillesse ne se pense plus seulement en termes de risques encourus (notamment ceux du financement des retraites et de la dépendance) mais aussi en termes de ressources et de richesses. En effet, la vieillesse a pris un nouveau visage (Bois, 1994) ; elle est devenue plurielle (Bourdelais, 1997). Une nouvelle période émerge dans la vie des hommes : le 3e âge, marqué par la fin des obligations professionnelles et la préservation du capital santé (Caradec, 2008). L’épanouissement personnel à l’âge de la retraite passe par le renforcement des relations sociales, le maintien de la santé et la consommation qui dynamise la silver economy.

Il est intéressant de noter que le courant des politiques publiques s’étend sur une temporalité plus réduite qui est nécessairement postérieure à la définition du problème et qui peut également être plus éphémère que le problème lui-même.

Le temps de l’action politique proprement dite est encore plus court que les deux précédents. Le cycle électoral est le premier phénomène structurant qui cadre les limites de son action (Cautrès, Jadot, 2007). Durant son mandat, le gouvernement traite successivement les problèmes publics par ordre de priorité.

L’ouverture d’une fenêtre d’opportunité n’est pas une simple addition d’événements passés ; il s’agit davantage d’un moment particulier pendant lequel les différents phénomènes à l’œuvre sont en phase pour déclencher l’action publique. Ainsi, si les temporalités sont différentes parce qu’elles sont induites par des processus de nature différente, il existe bien une interdépendance entre elles ; et c’est bien la configuration de cette relation qui aboutit à la mise sur l’agenda.

Les politiques publiques centrées sur la prévention contiennent plus que d’autres une inscription de la temporalité au cœur même de leur objectif et invitent à penser les relations entre passé, présent et futur. Le terme prévention signifie en effet « devancer, aller au-devant de » et « avertir de ». Il s’agit bien de construire des prises sur le futur comme le précise Chateauraynaud (2013) pour intervenir sur celui-ci de façon efficace. Prévenir implique une série d’opérations dont la première est la mise au jour de risques à venir.

Le passé est ici présenté comme responsable de la situation présente et future par son incapacité à avoir pu anticiper l’évolution du processus de vieillissement et ses conséquences et, pire encore, par son refus d’agir.

L’action dans le présent ou le futur proche (celui du plan puis de son évaluation) reste limitée pour deux raisons majeures : changer les comportements se révèle difficile d’une part et les effets de l’activité physique sur la santé sont longs à porter leurs fruits (et donc à évaluer) d’autre part. En effet, la pratique physique nécessite d’être commencée tôt et d’être poursuivie dans la durée alors que les plans et les mesures incitatives ne sont pas forcément pérennes. Dès lors, deux stratégies sont mobilisées pour inscrire la pratique physique dans une temporalité longue.

La première est l’anticipation de la pratique sur l’âge du vieillissement. C’est le principe même du Plan National de Prévention par l’Activité Physique et Sportive (PNAPS, 2008) qui propose d’encourager la pratique physique à tous les âges de la vie dans un continuum de l’enfance à la vieillesse.

L’individu construit ainsi son activité en connaissance du risque et de l’anticipation des conséquences de ses comportements (Genard, 2007). Cette façon de concevoir le vieillissement s’inscrit dans le cadre plus large des politiques de prévention qui s’accordent, en effet, à insister sur le développement de la responsabilisation ou de la capacitation, et peuvent être considérées comme de véritables politiques de subjectivation (Cantelli, Genard, 2007), dans la mesure où il est demandé aux usagers de se gouverner, d’être sujets de leur propre vie.

Émerge, dès lors, la question de l’articulation entre le temps collectif objectivé (celui des politiques publiques et de leurs recommandations) et le temps individuel subjectivé (celui des récepteurs des politiques publiques) traduit en termes de parcours de vie et s’inscrivant dans une double dimension temporelle : le « temps long » et le « temps subjectif ».

En conséquence, le concept de parcours de vie questionne à la fois l’articulation des différentes générations et la prise en compte des trajectoires individuelles, inscrites dans un continuum, forcément très hétérogène d’une personne à une autre. Il convient alors de « mieux appréhender la trajectoire des individus dans un cycle de vie de moins en moins linéaire et prévisible » (Argoud, op. cit., p. 94), ce qui implique de saisir les trajectoires des personnes à la fois dans un « temps long » (l’avancée de l’âge) et un « temps subjectif » (propre à chacun).

Une tension émerge entre les trajectoires individuelles (les parcours de vie) et les actions politiques totalisantes, telles que les recommandations pour le « bien vieillir » présentes dans le PNBV ou le rapport INSERM. Ces recommandations (en termes de durée et d’intensité de pratique physique par unité de temps) sont globalisantes, s’adressent au senior lambda et offrent une idée de ce qui est bon pour un vieillissement réussi. Outre le décalage entre des mesures globalisantes et l’hétérogénéité des seniors se pose aussi la question de la construction d’une catégorie d’acteurs fondée sur un découpage temporel pensé en termes de cycles de vie (celui de la vieillesse). Il existe ainsi un risque réel d’inadéquation entre les discours des politiques du vieillissement qui se veulent universels et la diversité des réalités vécues (Kaeser, Roch, 2013).

Édouard Delruelle “Citoyenneté nomade et état-nation”

Delruelle, Édouard 2013. Citoyenneté nomade et état-nation : La politique des immigrés est-elle une biopolitique ? Tumultes 40(1) : 205-219.

Le paradoxe est connu : les migrations rendent obsolète le nom de « Nation », mais c’est en ce nom même que s’exercent sur elles les formes les plus nouvelles de violence d’État. (205)
[…] la politique que l’État mène à l’égard des immigrés, et la politique que ceux-ci inventent à travers leurs trajectoires. Pour Agamben et Negri, entre ces deux politiques, il y a disjonction pure et simple. Je pense au contraire qu’elles ne cessent de s’entrecroiser. Car si l’État exerce aujourd’hui une répression insupportable sur les migrants, aucune émancipation de ces derniers n’est pourtant envisageable sans la médiation de l’État lui-même. (206)
Autrement dit, la question du devenir-citoyen des migrants est incontournable : dans quelle mesure l’État peut-il interpeller les migrants (au sens d’Althusser) autrement que sur le mode policier, et dans quelle mesure ces migrants sont-ils à leur tour en capacité d’interpeller l’État sur leur droit à circuler librement ? (206)
C’est qu’il y a une vérité très simple : quand nous parlons des migrants, nous ne parlons pas de « nomades », de « déracinés », même pas d’« étrangers », mais avant tout de travailleurs —c’est-à-dire de gens qui circulent sur le marché du travail en cherchant un endroit où ils pourront mieux gagner leur vie, organiser un circuit pour envoyer de l’argent à leurs familles, et/ou les aider à les rejoindre. (208)
Quant à la migration « illégale » (« sans-papiers »), elle est tout entière une migration de travailleurs qui arrivent le plus souvent via des filières organisées par les employeurs eux-mêmes, avec parfois la complicité passive des autorités. On estime entre 2,5 et 4 millions le nombre de travailleurs migrants clandestins en Europe. (209)
On doit aussi contester l’identification du migrant à « l’étranger ». Au niveau mondial, les migrations sont le plus souvent internes, des zones rurales vers les centres urbains (phénomène central dans les pays émergents comme la Chine ou l’Inde). (209)
Il ne s’agit pas de nier la violence dont les migrants sont l’objet, mais d’en déterminer la nature exacte. Elle n’est pas celle de la mise au ban juridico-ontologique du migrant, mais de sa sélection comme force de travail circulant entre la périphérie et le centre du système-monde capitaliste. (210)
Condamné à cacher la réalité de son séjour par crainte d’une expulsion, ne pouvant attendre l’aide de l’État, le migrant est contraint d’accepter les conditions de travail les plus dures. Il est en fait le prolétaire dont les classes dominantes ont toujours rêvé : soumis, exploité, expulsable à tout moment. (211)
Le néolibéralisme ne gère donc pas seulement des corps et des populations, mais aussi des identités et des imaginaires culturels, c’est-à-dire des pratiques sociales ancrées dans l’ordre des différenciations anthropologiques — genre, filiation générationnelle, appartenances ethniques, religieuses, nationales, etc. (213)
Mais surtout, en assignant chacun à son identité, et en particulier à son identité culturelle, le néolibéralisme renforce le racisme qu’il prétend combattre. Car qui dit reconnaissance dit identification. Si l’on veut établir que les Arabes, les Musulmans ou les Noirs sont discriminés, il faut au préalable identifier qui est Arabe, Musulman ou Noir, et même mesurer qui, de l’Arabe, du Noir ou du Musulman est le plus discriminé. La lutte contre les discriminations dégénère alors en lutte pour la reconnaissance des injustices endurées, chaque communauté cherchant à démontrer qu’elle l’emporte au palmarès de la souffrance collective. (215)
La violence du néolibéralisme n’est donc pas seulement une violence biopolitique, son racisme n’est pas exclusivement eugénique ou biologisant26, car il épouse aussi les contours des « cultures » et des « civilisations » pour fixer à chacun sa place sur l’axe centre/périphérie. Le corps racisé est un corps investi d’imaginaire culturel. (216)
D’une telle « politisation », on peut attendre qu’elle ouvre un espace de lutte où le migrant sera considéré et défendu pour ce qu’il est réellement, à savoir non pas un « étranger » mais un travailleur. J’ai pu mesurer très concrètement que la lutte pour les droits des migrants était beaucoup plus efficace quand elle était menée par des syndicats ouvriers exigeant l’application du droit du travail, que par des associations humanitaires activant le droit des étrangers. (217)
Aux métaphysiques du nomadisme et du métissage qui exaltent le migrant comme citoyen du monde voire même sans monde, j’oppose donc deux propositions qui l’honorent dans sa qualité de citoyen dans le monde : 1. le migrant est un travailleur, il doit être défendu comme tel, avant de l’être en qualité d’« étranger » ; 2. le migrant est un citoyen à part entière, que l’on ne peut soustraire et qui ne peut se soustraire aux institutions communes de la sociabilité, de la production et du savoir. Les deux propositions, et les politiques qui en découlent, sont indissociables. (219)